www.osteopatheprovence.fr
SERGE BOISSONNET
Ostéopathe Aubagne
Accueil > Ostéopathie, santé & bien-être > Physique > Ostéopathie et syndrôme prémenstruel, une majorité de femmes concernées

Ostéopathie et syndrôme prémenstruel, une majorité de femmes concernées

Combien de femmes se plaignent de règles douloureuses? Combien s'y sont résignées pensant qu'il s'agissait d'une fatalité féminine que les mères, les grands mères, les grandes sœurs, les copines ont aussi supportée.

Ce syndrôme prémenstruel, outre les douleurs qui peuvent être très intenses, est accompagné de tout ou partie des signes suivants: jambes lourdes, pieds froids, cellulite sur le bas du corps, varices, pesanteur pelvienne, constipation, ballonnements, kystes aux ovaires, fibrôme, hypofertilité, dyspareunies (douleurs aux rapports), infections urinaires, hémoroïdes, lombalgies (douleurs lombaires), gonalgies (genoux douloureux). Ces symptômes sont tous en relation avec une perturbation circulatoire qui touche le petit bassin, très souvent avant la puberté.

Les causes sont multiples et se combinent pour évoluer dans le temps vers l'ensemble de ces signes. A l'adolescence, le bouleversement hormonal, les perturbations émotionnelles fréquentes et tumultueuses, ceci cumulé à quelques agressions alimentaires vont permettre à un traumatisme physique, même minime, de finaliser le "verrouillage" fonctionnel de la zone. Il n'est pas rare que soit observée à ce moment une scoliose débutante qui n'est que la tentative du corps de compenser les blocages cachés. Il me semble important de ne pas se contenter de masquer ou d'essayer de corriger ces signaux d'alerte du corps, ce qui favoriserait l'évolution sournoise vers des pathologies plus lourdes.

Il faut trouver, débusquer et libérer les blocages en cause et relancer la circulation abdominale et pelvienne.

Le Sacrum est souvent en première ligne et très exposé lors de chutes (sans oublier le coccyx). Bien sûr il ne bouge pas beaucoup, se contentant de faibles baillements mais quand il est vraiment bloqué, les contraintes sont terribles et perturbent lourdement la région.

La colonne lombaire, les membres inférieurs, pieds, chevilles et genoux doivent être le plus libres possible. Enfin, il faut traiter les viscères, le foie souvent engorgé et congestif, le cadre colique, cœcum, sigmoïde et le petit bassin.

Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour donner un résultat qui sera d'autant meilleur que l'évolution des symptômes aura été enrayée tôt. Il est plus simple de traiter une adolescente qu'une femme dont la suite lésionnelle a déjà installé des modifications structurelles plus difficilement réversibles.

Contactez-nous